#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

lundi 27 juin 2011

Mon doudou si doux

"Il est si doux, mon doudou. Depuis tout petit, il m'accompagne partout. Nous sommes inséparables. Jamais je ne pourrai l'abandonner. » Ah, que serait l'enfance sans les doudous ? Un album tendre et malicieux qui ravira petits et grands !"
Quatrième de couverture

LE DOUDOU, PAS SIMPLEMENT UN OBJET…

"Mon doudou si doux" nous attire dans un premier temps par ces couleurs douces, ce qui ne manquera pas de plaire aux enfants.
Pour ceux qui connaissent les précédents ouvrages de l’auteur, ils admettront sans conteste que l’on reconnaît bien la patte de l’illustrateur Alain MATHIOT au travers des illustrations qui parsèment les pages.

Nous avons donc un tandem de choc, un duo incontestablement complémentaire, et comme on dit : "On ne change pas une équipe qui gagne !" 

"Mon doudou si doux", c’est l’histoire de la perte du doudou de l’enfant. Le petit garçon raconte la peur d’être séparé du sien, qui le suit depuis toujours. Il ne ressemble plus à rien, il n’a plus d’allure mais… c’est SON doudou.

Il explique que, parfois, il a même peur que sa mère le lui prenne pour le remplacer par un autre. Alors, il va jusqu’à cacher son doudou. Il est si vieux ce doudou, abimé, et il lui manque "un oeil, un bras et une grande partie de son pelage. Il a de la mousse qui dépasse un peu partout."

Mais voilà, c’est son "doudou si doux". Nous autres, adultes, ne voyons que le côté laid de ces petites choses qui, avec le temps, n’ont plus que le nom de doudou. Mais, nos chérubins y voient toutes leurs années passées ensemble, leurs souvenirs partagés, leurs secrets racontés… Et comme le dit le petit garçon, lors d’une chute, d’une blessure : "Il est là, mon doudou, pour me rappeler que ce n’est pas grave." Alors, s’en séparer serait perdre tous ces moments partagés avec l’objet devenu hirsute.

PREMIERE DOULEUR SENTIMENTALE DE L’ENFANT…

Pourtant, c’est ce qui va arriver. Le garçonnet oubliera son ami sur une aire de repos d’une autoroute. Le chagrin est immense et nous en ressentirons l’émotion au cours de notre lecture. Sans les voir, nous percevrons les larmes de l’enfant. Le papa va s’empresser de trouver un  remplaçant à cet ami disparu bien sûr parce qu’effectivement notre premier réflexe est de remplacer l’objet par un autre le plus similaire possible, voire sa copie conforme. Mais sous notre meilleure intention, nous oublions une chose essentielle pour l’enfant que finalement nous admettrons ensuite avec logique : tous les souvenirs passés ne seront pas là pour l’enfant avec ce nouvel "ami".

Dans un premier temps, le petit garçon rejettera le nouveau doudou, quand bien même il ressemble au précédent, l’ayant jeté à terre, il aura finalement de la compassion : "Je le regarde et je vois ses yeux tout triste […] Alors, je le prends quand même. Je lui dis : Allez, viens, mon doudou."

Finalement, l’acceptation du nouvel ami se fera bon gré, mal gré, parce que l’enfant fera preuve de cœur en voyant de la vie, de la tristesse là où nous, adultes, nous n’en voyons pas. Soyons donc indulgent avec les doudous de nos enfants ! Ils sont, pour eux, un membre de la famille à part entière.

Et si par hasard, notre petite tête blonde, brune ou rousse perd son doudou tant adoré, vous aurez trouvé une clé, ici, pour le consoler. Et même lui faire accepter un nouvel ami sans avoir à batailler mais en lui contant "Mon doudou si doux" !

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Mon doudou si doux
Auteur : Emmanuel Parmentier
Illustrations : Alain Mathiot
Editions : Grrr…Art
Collection : Enfant-Phare
ISBN : 9782913574885
Prix : 10,00 euro€


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.