#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

vendredi 3 juin 2011

Dis, est-ce que ça repousse les ailes ?

Dis, est-ce que ça repousse les ailes ?, Brigitte Jacques L, BC Jacques édition


"Il dit encore :
- Les orages si violents soient-ils
Ne peuvent détruire
Ni le soleil, ni les étoiles.
L’important est de déployer cette certitude dans ses ailes
Alors
Au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’orage
Le soleil redevient plus clair
La terre se réveille
Et le soleil appelle le regard…"
Extrait du livre.

DIALOGUE…

Nous ouvrons ce livre tel un conte sous forme de dialogue entre une petite fille, prénommée Mélodie, et un oiseau blanc.
Entre eux s’anime une conversation toute de douceur et de réflexions. Mais pas n’importe quelle conversation. "Leur dialogue s’envole sur les ailes de la poésie", nous dit Yves Duteil, dans la préface. Et d’ajouter, "On se met à cultiver l’espérance".

La petite Mélodie se pose des questions cruciales auquel l’oiseau répond. Il parle avec beaucoup de sagesse. Ce dialogue est de ceux qui ouvrent les yeux, qui donnent des réponses. A ces réponses viennent d’autres questions auquel l’oiseau répondra avec tendresse et patience.

Des sujets, tel l’enfermement de soi comme dans une cage intérieur et invisible sont abordés. Quelles sont ces cages ? L’oiseau répond : "Je peux leur donner des noms si tu veux. Par exemple la cage de l’orgueil, la cage de la jalousie, la cage du pouvoir, la cage de l’argent, la cage de la vengeance et tellement d’autres encore. […] Il y a même des cages qui ont la forme de la souffrance…"

TANT DE QUESTIONS…

Pourquoi se retrouve-t-on enfermé dans une cage ? Comment en prendre conscience ? Comment s’en libérer ? L’oiseau blanc, avec des mots, ouvre l’esprit de Mélodie laissant ainsi sa conscience prendre le pas : "Je comprenais lentement ce qu’il disait, il me laissait le temps pour cela, le temps aux mots de prendre vie."

Puis, il y a le "miroir d’eau", le miroir intérieur, la souffrance masquant le soleil car "dans chaque souffrance il y a un bout de chemin qui va vers le printemps." Cependant, il faut (ré)apprivoiser la lumière mais pour cela il faut "prendre le temps de redécouvrir les paysages aux alentours de soi et ouvrir son âme à leur langage". N’oublions pas qu’il y a toujours un point lumineux pour nous guider, en ou hors de nous-mêmes car "si la nuit les étoilent relaient le soleil c’est pour ne pas laisser s’éteindre l’espérance".
A retenir ou à méditer, c’est selon !

C’est très souvent par le dialogue que nous trouvons des réponses à nos questionnements. En écoutant la sagesse de certains, nous pourrions ouvrir nos cœurs, notre esprit à des possibilités que nous n’imaginons pas.

Un très joli conte qui se lit en douceur mais qui s’observe aussi, doté d’illustrations apportant une douceur supplémentaire qui s’associe parfaitement au texte. On notera une excellente présentation sur papier glacé. Une belle couverture cartonnée donnant au livre un effet de style ancien.
Se laisser tenter par un si joli livre ne serait-ce pas également se laisser charmer ?

Initialement destiné à la jeunesse au vu de l’édition, mais les adultes y trouveront vraiment du plaisir. Préfacé par Yves Duteil. Illustration d’Aurélia Jacques

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Auteur : Brigitte Jacques L 
Editions : BC Jacques Edition 
ISBN : 9782960126914 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.