#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

dimanche 22 mai 2011

Coxyde

"En effet, c’est par là que j’avais décidé de prendre le taureau. Le mal par le mal, je ne connaissais pas de méthode véritablement plus efficace. Et l’idée de jouer au toréador ne me déplaisait pas : observer directement l’angoisse de la bête qui se sent condamnée m’attirait secrètement. Finalement, de cette façon, j’étais persuadée d’en apprendre davantage sur le type d’univers dans lequel habitait l’homme de ma vie. En affinant cette connaissance, je confronterais notre amour."
Extrait du livre

ENQUETE AMOUREUSE

Clément veut faire des livres. Soit ! Rien de très hallucinant, ni de surprenant ici. Une trajectoire professionnelle non pas comme une autre, mais c’est celle qu’il souhaite et qu’il a choisit. Le monde regorge de personnes au même désir. Faire des livres !

Tout commence pour lui à partir d’une boîte à chaussures casée sous le lit, "extraite de l’entassement d’archives en tout genre accumulées sous mon lit jusqu’à en être devenu un pilier de soutien", nous confie l’auteur dans les premières lignes.

Cette recherche faisait suite à la demande de Marie, la femme qui partage sa vie depuis un an. Elle s’était mise dans l’idée de faire une enquête amoureuse depuis leur rencontre. Enquête amoureuse ?! Tiens donc ! Quelle drôle d’idée ! Marie lui avait dit au tout premier abord : "Je ne veux pas connaître les choses que tu regardes mais la façon dont tu les regardes." Jusque là rien de surprenant, mais alors pourquoi une enquête amoureuse ?

Marie avait voulu amener Clément à "la justification de l’accomplissement de l’état présent, par une succession de signes antérieurs". Mais, ce que Marie n’avait pas prévu c’était la réaction de Clément : "L’état d’hébétude dans lequel j’avais involontairement plongé Clément commençait à m’inquiéter […] J’avais provoqué chez Clément cette exploration intérieure dans l’espoir prétentieux de me voir associée […] aux origines de ses envies…"

Clément était en plein centre de turbulences intérieures mais n’en restait pas pour autant les deux pieds dans le même sabot. Il avait décidé de prospecter les maisons d’éditions en vue de décrocher un éventuel poste. Il n’en avait rien dit à personne, pas même à Marie. De refus en déceptions, les choses allaient bon train et n’arrangeaient en rien son déséquilibre intérieur si fragile.

REMISE EN QUESTION FORCEE

Mais, Clément restait presque constamment logé dans son silence donnant l’effet d’être envahit d’une torpeur dont il ne sortait que peu. C’est d’ailleurs ce que constatait Marie : "J’étais plutôt rassurée de voir Clément retrouver sa fougue. Toutes les occasions étaient bonnes, du moment qu’il s’éloigne de sa torpeur". Alors, lorsqu’il émettait un son ou qu’il témoignait d’un intérêt quelconque pour quelque chose, Marie était contente. Le cernait-elle vraiment ? Ne passait-elle pas à côté de l’essentiel concernant cet homme que finalement, elle semblait ne pas reconnaître ?

Il a fallu qu’ils soient tous deux témoins d’un fait pour qu’ils se confient l’un à l’autre, s’apercevant qu’il leur était arrivé à chacun la même situation alors qu’ils étaient encore enfants et de surcroit dans la même ville. Surprenant ! Coxyde !

Ils décident de s’y rendre. Tout à bien changé là-bas mais les souvenirs sont là. Eux, ne prennent pas la poudre d’escampette. Ils ne s’effacent pas, ressurgissant toujours à un moment donné et surtout lorsqu’on leur offre un paysage, un événement, une situation pour les libérer, même involontairement, de l’écrin de la mémoire qu’on croyait avoir très bien fermé. Et même aussi lorsqu’on aimerait qu’ils restent ancrés dans les profondeurs du silence, bien cachés dans cet écrin. Mais aucun écrin ne sera jamais assez bien fermés, ni assez hermétique pour empêcher les souvenirs de revenir comme après un long voyage.

Au cours de cette journée aux souvenirs, Clément avait l’air d’aller mieux et confia à Marie : "Je laisse venir et je me laisse aller".
Marie n’avait pas répondu, mais elle avait compris "à quel point il était imbibé de cette secousse existentielle initiale […] Il se laissait porter, secrètement convaincu que l’instinct nous fait dériver à bon port".

Mais, comme tout doit avoir une solution, Marie et Clément trouveront-ils celle qui saura sauver leur union ? Dans un "voyage", dans leur enfance respective, ensemble ils feront des découvertes surprenantes où se mêleront des coïncidences étonnantes.

Rémi Bertrand nous promène dans cette petite histoire courte certes, mais bien contée.
Un prix un peu excessif pour un si petit livre. Mais l’ensemble est de qualité.

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Coxyde
Auteur : Rémi Bertrand
Editions : Somnambule Equivoque
Collection : Fulgurances
ISBN : 9782930377124
Prix : 10,00€

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.