#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

mercredi 29 juin 2011

Le silence de Marie

"Je cherche simplement à boire la sève de la vie et goûter ainsi à toutes ses formes de plaisirs infinis. Sans doute épicurienne, je ne me lasse pas de la beauté du monde qui nous entoure, même si, de plus en plus souvent, on cherche à nous en montrer la noirceur. Je ressens tes silences. Le bouillonnement qui est en toi et qui ne demande qu’à être exprimé, partagé, parce que tu es remplie d’amour ; cet amour que je ressens jusqu’au plus profond de moi. Cela me donne presque envie de pleurer. Non pas de tristesse, mais de joie pure."
Extrait du livre

UN JOUR, TOUT QUITTER…

Elle débarque en Bretagne. Elle, c’est Nina. Tout quitter pour échouer là. Tout abandonner pour espérer (ré)apprendre à vivre simplement. Une chambre chez l’habitant comme on dit. Une chambre sans confort et au règlement drastique. Pas de bruit, pas d’animaux, pas d’ami pour dormir… Presque le purgatoire : "La propriétaire est glaciale, teint gris et sèche comme un hareng saur. On dirait qu’elle a passé sa vie dans une chambre froide !" Tout est dit !

Fuir c’est ce que Nina fait. Fuir parce que le passé est beaucoup trop présent. Fuir aussi parce que la rupture récente est trop fraîche, prend trop de place et est si difficile à supporter : "Je ne veux plus me perdre dans les bras d’une femme […] Il me faut désormais apprendre à être moi sans les autres."

Mais, ne plus se perdre dans des bras quels qu’ils soient, est-ce vraiment possible ? Et même en le souhaitant vraiment, cela paraît illusoire, inconcevable car l’amour arrive souvent, pour ne pas dire toujours, lorsqu’on ne s’y attend pas. N’est-ce pas son rôle d’ailleurs que de provoquer la surprise ? Dans le cas contraire, serait-il tout aussi envahissant, prenant, sidérant, étonnant, puissant, passionnant… ?

Confinée dans sa détresse et cette rupture pesante, la jeune femme se demande ce qu’est la liberté. La réponse qui lui vient n’est autre que : "La liberté est une cage ouverte que l’on porte en soi." Finalement, elle décide de s’inscrire sur un site de rencontres. Pourquoi pas ! Nombreux sont ceux qui le font tout en se gardant bien de le divulguer. Ne faut-il pas vivre avec son temps ? De nos jours, les sites de rencontres font foison sur le Net !

Suite à cette annonce, la jeune femme "rencontre" Marie, virtuellement. De mots en mots, de messages en mails, les échanges entre les deux femmes vont se multiplier. Beaucoup de douceur transparaîtra dans chaque message, d’un côté comme de l’autre. "Echanges mailistiques" de tendresse commune.

LES DEMONS NE SONT JAMAIS LOIN…

Mais, les démons ne cessent jamais de nous rappeler à l’ordre, et plus encore lorsqu’il s’agit d’amour. Les anciennes amours ressurgissent, les émotions perdurent, quelques sentiments anciennement ressentis ne s’effacent jamais complètement. Nina ne fait pas exception à la règle immuable de l’amour : "Comment je peux lui dire qu’elle seule existe alors que ce n’est pas vrai ? […] Pourquoi ce premier amour me poursuit encore ? Parce qu’il fut ma révélation…"

Puis, parce que les aléas de la vie sont toujours omniprésents, Marie disparaît. Les mails s’espacent pour ne plus arriver, finalement. Pourtant, Nina a tant de chose à partager avec Marie. Du moins, c’est ce qu’elle croit, ce qu’elle souhaite aussi, et les mots ne lui manquent pas pour le lui avouer, même si "les mots sont souvent trop petits pour ce l’on veut mettre dedans". Finalement, Nina ne trouvera que "Le silence de Marie" au bout du compte.

Et malgré la force de ses sentiments pour cette femme, elle devra continuer sa vie parce que comme elle le dit si bien : "Je veux que mon dernier souffle ressemble à un premier baiser".

L’amour n’est pas toujours un bien mais ce qui est certain, c’est qu’il est indispensable à la vie. L’un ne peut aller sans l’autre. Tout comme l’un ne peut faire sans l’autre. Et même si on est "accroché aux parois glissantes de la vie, comme une mousse sur un rocher", il nous faut surmonter parfois le fait que bien que nous soyons "un petit grain de sable échoué sur une plage abandonnée", il nous faut vouloir à tout prix être ce "petit grain de sable qui veut devenir grand, énorme comme un rocher". Nos jours sans amour, il nous faut les transformer pour qu’ils soient Amour.


Quelques petites phrases relevées ça et là en cours de lecture et qui méritent leur place ici :

- "Nous sommes seuls au monde, et c’est dans les instants de souffrance que nous en prenons conscience."
- "Prenez garde ! Aujourd’hui vous êtes tout, demain, vous ne serez peut-être plus rien."
- "Toucher les belles choses de la vie qui se penchent vers nous sans pour autant vouloir qu’elles nous appartiennent. C’est cela l’essence de la vie, de l’amour."
- "Je ne te connais point et je rêve dans tes rêves comme un miroir qui ne réfléchit que dans le bonheur."
- "Ton regard caché par une larme caresse les choses de la lumière."
- "Aimer, c’est donner à l’autre ce que nous ne possédons pas."
- "Il est des images inoubliables, des visages bouleversants
et des souvenirs qui balancent entre rires et silences.
Il est des présents qu’on chérit doucement.
Et des futurs qu’on rêve tendrement
Simplement…"

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Le silence de Marie
Auteur : Nina Vivien
Editions : Edilivre
ISBN : 9782812145049
Prix : 14,50€

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.